...






                        

Anatomia omului [66]
Anatomia topografica [30]
Anestezie/Reanimare [17]
Alergologie [8]
Biochimia [37]
Biochimie Clinica [7]
Biofizica [12]
Biologie moleculara [27]
Biostatistica [6]
Boli Infectioase [9]
Boli infectioase la copii [16]
Boli profesionale [1]
Cardiologie [43]
Chimie bioorganică [4]
Chirurgie [55]
Chirurgia OMF [4]
Chirurgia pediatrica [3]
Cultura comunicarii [0]
Kinetoterapie [10]
Dermatologie [30]
Ecologie [1]
Endocrinologie [7]
Epidemiologie [9]
Examen de Stat USMF [17]
Farmacologie [28]
Filosofie si bioetica [16]
Fiziologia umana [40]
Fiziopatologie [31]
Ftiziopneumologie [10]
Gastroenterologie [12]
Genetica umana [25]
Geriatrie [1]
Ginecologie [20]
Igiena generala [29]
Imunologie [4]
Hematologie [15]
Histologie [16]
Medicina interna- Terapie [31]
Medicina de Familie [18]
Medicina de Laborator [1]
Medicina Militara [3]
Medicina legala [6]
Medicina sociala [2]
Microbiologie [14]
Morfopatologie [38]
Nefrologie [11]
Neurologie [22]
Neonatologie [2]
Nursing [6]
Obstetrica [23]
Oftalmologie [10]
ORL [10]
Oncologie [4]
Parazitologie [4]
Pediatrie si Puericultura [41]
Pneumologie [27]
Psihiatrie [39]
Psihologie [12]
Radiologie si Imagistica [35]
Reumatologie [5]
Stomatologie [32]
Traumatologia si ortopedia [17]
Urgențe medicale [29]
Urologie [18]




Однажды твоя жизнь будет оценена не по тому сколько денег ты заработал и сколько у тебя машин. А по тому как ты повлиял на чью-то жизнь...


Ar putea sa te intereseze:
Pneumologie

Appareil respiratoire


·

   Medtorrents este comunitate libera, de acea Download-ul este gratuit.

   Puteti expedia materialele Dvs pe mail: admin@medtorrents.com

 

PARTICULARITÉS SÉMIOLOGIQUES CHEZ L’ENFANT

Fréquence respiratoire:

• Nouveau-né    40-50 respirations/’

• Nourrisson    25-30 respirations/’

• > 2-3 ans        18-20 respirations/’

 

Type de respiration:

• Nouveau-né:   - respiration abdominale

     - par voie nasale

        - rythme souvent irrégulier

• Nourrisson:  - progressivement, la respiration devient toraco-  abdominale

       - à partir de 6 mois, peut respirer par la bouche

       - régularité du rythme respiratoire

• > 2 ans: respiration identique à celle de l’adulte

 

Aspect clinique – Deux situations ont la signification de l’arrêt respiratoire:

1. Absence totale et prolongée de la ventilation (apnée), donc STOP RESPIRATOIRE

2. Existence des mouvements respiratoires INEFFICACES

• bradypnée extrême (inefficace)

• succession anarchique des gasps

L’aspect du patient est très grave:

• pâle ou cyanotique

• inconscient

• inerte

® Une crise convulsivante anoxique y peut s’associer

* Chez le nouveau-né, 2 aspects doivent être soulignés,

pour éviter les confusions:

- les mouvements respiratoires normaux sont presque invisibles

- chez le prématuré, il y a  des pauses respiratoires

fréquentes (arythmie respiratoire du prématuré)

- Le bilan étiologique est une nécessité immédiate.

 

- Quoi faire?

* Premièrement, vérifier s’il y a un arrêt concomitant de la circulation, par la palpation du pouls au niveau d’une grande artère (carotide, humérale ou fémorale). S’il y a un arrêt de la circulation ou une bradycardie agonique, il faut traiter tous les deux désordres très vite.

  * Il faut, d’urgence, assurer une ventilation efficace:

• si possible, très rapidement – désobstruction des voies aériennes supérieures;

• en absence d’autre possibilité – respiration bouche-à-bouche;

• dans la mesure du possible, ventilation sur masque, de l’oxygène pur et évacuation gastrique (pour éviter l’aspiration)  

  * Si après ces mesures, la situation respiratoire n’est pas rétablie suffisamment ® intubation oro-trachéale, pour permettre:

  - l’aspiration bronchique

  - la ventilation sur tube

  * Dans chaque étape de cette réanimation, c’est nécessaire de vérifier l’efficacité des gestes ou des mesures faites.

C’est très important d’obtenir:

• l’expansion régulière et symétrique des 2 hémi-thorax;

• une récoloration rapide des lèvres;

• un rythme cardiaque satisfaisant

 

En cas d’effet douteux, il peut s’agir:

• d’une erreur technique qui doit être corrigée immédiatement

• d’une étiologie qui nécessite elle-même un geste thérapeutique complémentaire (obstruction des voies aériennes, pneumothorax)

Au cours de la reanimation, il faut faire toujours:

• une radiographie thoracique;

• un examen des gaz sanguins: PaCO2 (VN 37 ± 2 mmHg), PaO2 (VN 95 + 4 mmHg), Sat. O2 (VN > 90%  - sang capillaire).

 

ETIOLOGIE

•Très souvent, l’arrêt respiratoire représente le dernier moment d’une détresse respiratoire

• S’il représente le signe inaugural (donc, le premier signe de maladie), l’arrêt respiratoire peut avoir un des cinq groupes de causes suivantes:

1. Origine accidentelle ou traumatique: noyade, électrocution, contusion cérébrale, intoxication oxycarboné, aspiration du corps étranger, reflux gastro-oesophagien.

2. Bronchopneumopathie aiguë infectieuse avant 6 mois et surtout, avant 3 mois, de nature virale ou coquelucheuse.

3. Altération métabolique sévère: hypoglycémie, hypocalcémie etc….

4. Intoxication avec un produit dépresseur du centre respiratoire

5. Atteinte aiguë du SNC:

  - souvent une crise convulsivante, clinique ou seulement électrique, constituant la cause directe de l’accident respiratoire;

  - avant d’ étiqueter les convulsions comme “fébriles’, il faut exclure:

  * une méningite;

  * un hématome sous-dural;

  * un syndrome d’hypertension intracrânienne

3. SYNDROME ASPHYXIQUE (IRA)

Détresse vitale respiratoire, l’ASPHYXIE représente l’association d’une hypoxémie avec une hypercapnie, traduisant l’existence d’une HYPOVENTILATION ALVEOLAIRE GLOBALE.

 

Les symptômes sont l’expression:

1. de l’anoxie: - cyanose

2. De l’hypercapnie:

• sueurs excessives, surtout au front

• tachycardie;

• hypertension artérielle.

Ici, on ajoute leurs conséquences neurologiques:

• excitabilité anormale du patient;

• alternance des phases d’agitation et de somnolence

• coma de différents degrés.

 

Quoi faire ?

® Dans tous les cas – un examen clinique rapide, mais complet.

®Dans la mesure du possible (et en fonction de l’ état du patient), on fait:

    * une radiographie de thorax, en place (éventuellement une radio du larynx, de profile);

    * un examen des gaz sanguins:

   - PaO2 < 50 mmHg sous O2 thérapie maximale;

  - PaCO2 > 60 mmHg;

sont des données habituelles et très sévères

®Parfois, le geste salvateur est d’enlever un obstacle des voies aériennes, d’ évacuer un pneumothorax suffocant.

® Si ces mesures sont inefficaces, il faut toujours pratiquer:

  1. Intubation trachéale qui doit être faite seulement après oxygénothérapie et vidange gastrique; attention! - elle est très dangereuse, à cause du risque d’arrêt circulatoire

  2.  Aspiration bronchique attentif.

  3. Ventilation artificielle, attention! – ne pas hyperventiler au début (risque de collapsus ventilateur, le plus souvent transitoire).

 

  Symptômes qui traduisent L’EPUISEMENT RESPIRATOIRE d’un malade déjà traité :

  1. Rythme respiratoire de moins en moins régulier.

  2. Ralentissement de la fréquence respiratoire.

  3. Diminution des signes de lutte respiratoire, remplacés par des “gasps” ou des secousses de la tête  

  4. Diminution de la toux, avec accumulation progressive des sécrétions dans les voies respiratoires

  5. Pâleur, de plus en plus exprimée.

  6. Cyanose qui, chez le patient oxygéné, peut être remplacée par une érythrose ® phénomène faussement rassurant

  7. Aggravation des anomalies radiologiques

  8. Examen répété des gaz sanguins:

Ø élévation progressive de la PaCO2

Øsouvent, apparition concomitante d’une acidose métabolique

Ce malade doit être transféré dans une unité de réanimation; la décision de ventilation artificielle pendant le transport est prise par le médecin initialement responsable de l’état de l’enfant, le transporteur et le service d’accueil 

51 5

Comentarii :


avatar

Materiale noi pe site:




Cele mai citite materiale:



  
Design by Dr. wikko © 2017